Description

L’Office national du film du Canada (ONF) et France Télévisions s’associent pour présenter une nouvelle application : Le cancer du temps , offerte gratuitement dans l’App Store et le Google Play Store, et compatible pour presque tous les types de téléphones intelligents. Cette application qui innove dans sa forme narrative est le fruit de cette première collaboration qui laisse présager d’autres projets ayant une forme artistique hybride et qui ouvre les frontières des genres.

Depuis quand sommes-nous devenus incapables de ne rien faire? Combien de temps passez-vous sans regarder vos courriels sur votre téléphone? Arrivez-vous à manger en famille ou entre amis sans prendre vos messages? Autant de questions qui sont au cœur d’un phénomène très actuel : l’incapacité à ne rien faire et l’évitement du temps mort. Car aujourd’hui, nous sommes de plus en plus connectés : les médias se synchronisent plus que jamais à notre personnalité et à nos comportements. Ils nous rendent dépendants. Les outils qui s’offrent à nous pour chasser l’ennui avant même qu’il ne puisse se pointer sont décuplés.

Cette application interactive et mobile nous fait donc réfléchir sur notre incapacité chronique à ne rien faire. Sous forme de conte philosophique et ludique, cette application nous mène aux frontières du jeu et de l’animation. Le traitement visuel et sonore ainsi que son esthétique ludique s’apparentent au cinéma d’animation par ses personnages et ses lieux. Le propos, par contre, doit passer par le geste - un geste parfois minimal, au ralenti, passif même. Au final, on n’a rien à perdre, sauf son temps… et rien à gagner, sauf une amorce de réflexion sur comment on en dispose.

Dans Le cancer du temps, l’utilisateur accompagne un personnage aussi ordinaire qu’attachant après un examen médical où on le soupçonne atteint du mal du siècle : le cancer du temps. On le suit dans différentes situations, par exemple dans la salle d’attente du médecin, en voiture dans le trafic, dans un repas en famille.

Le traitement de ce sujet est dans les faits très paradoxal : nous utilisons une application mobile pour réfléchir à la manière de réagir à la lenteur, à la non-productivité, soit faire l’éloge de perdre son temps… sur un appareil qui justement l’occupe tout le temps.

Le cancer du temps a rassemblé une équipe issue de divers milieux créatifs, qui aborde différemment les formes narratives interactives : Ko-op Mode (un collectif d’artistes en jeux vidéos qui explore l’intersection entre la musique, les visuels, et le design expérimental), Dominic Turmel (un designer et scénariste indépendant pour les médias interactifs), Jean-François Nadeau (un acteur-créateur polyvalent) et Stéfan Boucher (concepteur sonore qui touche à tout). Cette invitation à venir perdre son temps a été incubée au Massachusetts Institute of Technology (MIT) en collaboration avec le Open Documentary Lab et se veut une hybridation des genres.

Et si l’on perdait quelque chose en voulant toujours chasser l’ennui? Le temps mort, c’est aussi un espace qui permet de réfléchir, de se remettre en question, d’interroger les idées reçues et l’ordre établi. C’est le temps de se réapproprier son espace, individuel et collectif.

www.cancerdutemps.com

  

  Description courte

Description courte

Combien de temps passez-vous sans regarder vos courriels sur votre téléphone? Que faites-vous quand vous n’êtes pas productif? Arrivez-vous à manger en famille ou entre amis sans prendre vos messages? Êtes-vous capable de ne pas dégainer votre téléphone au moindre moment d’arrêt? Autant de questions qui sont au cœur d’un phénomène très actuel : l’incapacité à ne rien faire et l’évitement du temps mort. Le traitement du sujet passe par un paradoxe : utiliser une application mobile pour réfléchir à la manière de réagir à la lenteur, à la non-productivité, soit faire l’éloge de perdre son temps… sur un appareil qui justement occupe le temps. Cette fable ludique et interactive, véritable invitation à venir perdre son temps, a été incubée au Massachusetts Institute of Technology (MIT) en collaboration avec le Open Documentary Lab et se veut un hybride des genres, aux frontières du jeu, de l’application et de l’animation.


Équipe

(Cliquez sur une image pour accéder à la biographie et au téléchargement de la photo haute résolution.)


Dominic Turmel

Directeur artistique, designer et scénariste indépendant, Dominic Turmel travaille en médias interactifs depuis près de 20 ans. Il a laissé sa marque sur une multitude de projets web et mobiles, entre autres pour l’Office national du film du Canada, TV5, Radio-Canada, Télé-Québec et ARTV.

Parmi ses réalisations récentes, on note Burgundy Jazz, un documentaire multiplateforme sur l’histoire du jazz à Montréal, ainsi que Des maux illisibles, un projet web primé sur le taux alarmant d’analphabétisme au Québec. On lui doit également la refonte du portail Musique de Radio-Canada (Espace.mu), ainsi que l’habillage et les illustrations de la populaire websérie Les chroniques d’une mère indigne.

Il a aussi collaboré avec AATOAA et Arcade Fire, Daniel Langlois, Pierre Lapointe, Astral Média, le Centre Canadien d’Architecture et plusieurs autres. Son travail a été récompensé de nombreux prix Boomerang et Graphika, Gémeaux, Numix et FWA.

Il est cofondateur du défunt studio de création BonGolem et a été, pendant plus de 15 ans, réalisateur et animateur pour plusieurs radios indépendantes de Montréal et Québec.

Photo haute résolution

KO-OP Mode

KO-OP Mode est un collectif d'artistes en jeux vidéos qui explore l'intersection entre la musique, les visuels, et le design expérimental. Le studio met l'accent sur l'autonomie des artistes par le biais d'un modèle coopératif, ce qui leur permet de repousser les limites des jeux et des expériences intéractives. KO-OP et ses membres ont déjà fait partie de nombreux événements partout à travers le monde, en partageant ses ateliers, sa philosophie, et ses jeux acclamés.

Photo haute résolution

Jean-François Nadeau

Diplômé en communications  (UQAM, 1994-98) et en interprétation (Conservatoire d’art dramatique de Montréal, 1999-2002), cet acteur-créateur, reconnu pour sa grande polyvalence, a toujours accordé une importante place à l’écriture. Au théâtre, il est l’auteur des pièces P.R.O.U.N (La Petite Licorne, 2004-05), Sac à sacs (Petit Théâtre du Nord, 2009), Le Chaperon est-il si rouge que ça? (Espace Libre, 2012) et Aval e (Écuries, 2014). Pour la télé, il a été scénariste pour Tactik (Vivavision-Télé-Québec), Les étoiles de Fred  (Trio orange/Yoopa) et Dieu Merci (3.2.1/TVA). Pour le cinéma, il a fait partie du club des six vidéastes fondateurs du mouvement Kino en 1999-2000, il a remporté le prix du public du concours Cours écrire ton court de la SODEQ en 2006 et il développe actuellement un projet de long métrage avec le réalisateur Henry Bernadet, sous l’égide de Micro-Scope. Autrement, il est un joueur LNI depuis 2002, il est Zapartiste depuis 2011 et il a publié son premier de recueil de poésie/« spoken word » (Tungstène de bile) en 2013 aux Éditions de l’Écrou. Ce premier livre est porté à la scène du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui, en mars et avril 2015.

Photo haute résolution

Stéfan Boucher

Suite à un séjour sommairement infructueux dans une université castrante, Stéfan Boucher est devenu compositeur de musique. Il rafle un Félix avec le groupe Basta en 1997 pour l'album alternatif de l'année, et bifurque ensuite vers le métier de concepteur sonore. Il conçoit pour le cinéma, la télé-jeunesse et le théâtre, mais dernièrement il a donné plus souvent qu'à son tour à la danse contemporaine en contribuant aux ébats scéniques de Frédéric Gravel et Dave St-Pierre. Il touche aussi aux arts circassiens avec le cirque Éloize (Cirkopolis) et collabore avec l'ONF pour l'application interactive Cancer du temps. On dit de lui qu'il est prolifique, bruyant et qu'il dort peu.

Photo

Hugues Sweeney

Après plusieurs années à tordre les lettres aussi bien que les idées en étudiant philosophie, littérature et death metal, Hugues Sweeney s'est rapidement intéressé autant aux histoires qu'aux possibilités qu'offre la technologie de les raconter. D'abord aux nouveaux médias de Radio-Canada, puis à la tête de Bande à part et Espace musique, il a rejoint l'Office national du film du Canada en 2009 en tant que producteur exécutif dédié aux œuvres interactives. Poursuivant l'expérimentation aussi bien dans la grammaire de l'interaction que dans la création sonore ou dans l'art génératif, les projets issus du studio interactif de l'ONF ont reçu de nombreux prix canadiens et internationaux dont plusieurs prix Boomerang, SXSW, Japan Media Arts, FIPA d'or et des nominations aux Digital Emmy Awards, Gémeaux ou prix IDFA.

nfb.ca/interactive
onf.ca/interactif

Photo

Images



Bande-annonce

Générique

Création

Conception et direction de création Dominic Turmel
Conception, design, illustrations, et développement Saleem Dabbous, Samuel Boucher, Nick Rudzicz et Bronson Zgeb (KO-OP Mode)
Conception et textes Jean-François Nadeau
Conception et musique Stéfan Boucher
Adaptation française Véronique Ovaldé
Adaptation anglaise Emmanuel Schwartz
Narration Jean-François Nadeau, Madeleine Péloquin, Brett Watson et Gitanjali Jain

MIT

Sarah Wolozin
William Uricchio
Scot Osterweil
Sonny Sidhu
Philip Tan
Konstantin Mitgutsch

Production

Office national du film du Canada

Producteur exécutif Hugues Sweeney
Chargée de production Marie-Pier Gauthier
Chargé des technologies Martin Viau
Chargée d’édition Valérie Darveau
Administratrice Marie-Andrée Bonneau
Coordonnatrices de production Dominique Brunet, Caroline Fournier et Perrine Bral
Commis, productions interactives Angel Carpio
Agente de mise en marché Jenny Thibault
Assistée de Karine Sévigny
Technologies de l'information Sergiu Raul Suciu
Médias sociaux Julie Matlin, Emilie Nguyen Ngoc, Jovana Jankovic et Kathryn Ruscito
Relations de presse Marie-Claude Lamoureux    

France télévisions Nouvelles écritures

Boris Razon, Voyelle Acker et Cécile Deyon

Administratrice de production Sandrine Miguirian
Chargé de communication Antoine Allard
Référent technique Emmanuel Souillat

Remerciements

Charles Trahan
Dominique Willieme
Franck Desvernes
Wen Zang
Stephen Ascher 
Philippe Santerre
G.P. Lackey
Ulysse Korolitsky

Relations de presse

Marie-Claude Lamoureux
m.c.lamoureux@onf.ca
514-283-9607

Revue de presse

À venir.

L’ONF en bref

À compter du 2 mai 2014, l’Office national du film du Canada (ONF) souligne 75 ans d’innovation et de leadership en cinéma et en média interactif. Au carrefour mondial des contenus numériques, l’ONF crée des documentaires et des animations interactifs d'avant-garde, du contenu pour appareils mobiles ainsi que des installations et des expériences participatives. Les productions interactives et plateformes numériques de l'ONF ont remporté 100 récompenses, dont 10 prix Webby. Le contenu primé de l’ONF peut être visionné dans ONF.ca, de même que sur les ordiphones, les tablettes et la télévision connectée au moyen de ses applications.

À propos de France télévisions Nouvelles écritures

Trois ans après sa création, la direction des nouvelles écritures et du transmédia de France Télévisions ouvre une nouvelle page de son histoire. Avec 90 programmes mis en ligne, 45 projets en cours, près de 100 heures de vidéos disponibles, plus de 400 000 joueurs impliqués et 27 prix reçus, sa stratégie s’articule désormais en trois grands axes :
1- Développer de grands récits collectifs ou des campagnes de service public avec les chaînes de France Télévisions.
2- Initier de nouvelles écritures audiovisuelles en ouvrant des fenêtres inédites et méconnues, qu’il s’agisse de fiction avec « Studio 4 », de documentaires avec « Infracourts » ou de détournement de l’actualité sur les réseaux sociaux.
3- Pousser toujours plus loin la recherche narrative en intégrant le jeu et ses mécaniques dans la narration, en ouvrant la création aux réseaux et à la participation, et surtout, en ancrant de plus en plus nos programmes dans la vie, la vraie, au milieu de l’air et du bitume. Les nouvelles formes d’installations ou d’expériences immersives, rendues possibles grâce au son binaural ou le masque Oculus, permettent de réenchanter des lieux à coups d’applis et de réalité augmentée. Pourquoi? Pour un jour changer notre perception du monde, la doter d’un sens ou d’une dimension supplémentaire qui, à leur tour, nous changera. Les horizons créatifs qui s’ouvrent à la lisière de la vie et de ses représentations sont infinis. Nous les scrutons avec délectation.

Médias sociaux (ONF)